Bienvenue


Le vendredi 3 octobre 2014, la commission d’Information du Port militaire de Cherbourg  a tenu sa réunion annuelle à la Sous Préfecture.
Le fonctionnement de cette commission est encore moins démocratique que celui des CLIs du Nord Cotentin :

  1. Celle-ci est sous la direction de la Préfecture civile de la Manche et de la Préfecture maritime, non ouverte au Public et aux journalistes .
  2. Sa composition se réduit aux représentants de l’Etat, quelques élus et à 3 associations (ACRO, CREPAN-FNE et CRILAN).
  3. Les représentants de l’Etat contrôlent réflexion, information et... désinformation :
  • Les stress-tests, après FUKUSHIMA, en cas d’accident ou d’attentat, ont été envisagés,  sans discussion  au sein de la commission.
  • Le plan particulier ARSENAL (PPI), prévu en 1991 sur 5 Km ( évacuation) et 10 Km( confinement) a été réduit à 2 Km, mais incohérence : l’évacuation pourrait se faire jusqu’à Carentan, Coutances etc...A mes questions, il a été répondu, que selon la météo du jour et l’ampleur des problèmes, c’est-à-dire selon les nécessités, le PPI pourrait être étendu.De même pour la mer, selon la dispersion due aux courants de marée et au Gulf Stream en Mer de la Manche. Pourquoi alors ne pas alors dire toute la vérité aux populations?
  • Lors de la précédente réunion, il m’avait été affirmé que le projet FLEXBLUE (Petites centrales nucléaires sur fonds marins sur les bases d’un réacteur PWR de sous marin) était abandonné depuis l’accident de Fukushima. Or, selon des sources internes diverses, entre 150 et 200 personnes continuent d’étudier le projet. Si l’information n’est pas plurielle et contradictoire au sein de la Commission, la désinformation officielle peut viser, on le voit, la manipulation. Reconnaissant l’existence du projet, il a été dit que cela ne concernait pas la mer de la Manche pour des raisons évidentes de dispersion en cas d’accident sur côtes, mais des régions plus lointaines, sans que l’on sache exactement lesquelles : les îles que l’on dit françaises, les petits états riches du Golfe qui peuvent être intéressés par des techniques et matières nucléaires, dites civiles, pouvant servir, à terme, à des fins militaires? Espère-t-on les remerciements des populations lointaines concernées ?

Le commerce de DCNS ne dépendant pas du port militaire de Cherbourg, n’est pas sans problèmes environnementaux, sanitaires et moraux.
Cohérence oblige : il est peu probable que le CRILAN continue de siéger dans cette commission, mais c’est la prochaine assemblée générale de 2015 qui en décidera.

Didier ANGER représentant le CRILAN

Mis à jour ( Mercredi, 08 Octobre 2014 16:09 )

 


Le cargo “Kini KERSTEN”, une nuit de Saint Sylvestre, sans doute très festive, s’était planté, le 1er janvier 1987, dans les dunes du ROZEL... à 3km du site nucléaire de Flamanville.
Plus tard, Il est arrivé que des militants pacifiques y pénètrent et même qu’un objet volant non identifié le survole...

Et maintenant, voilà qu’une barge de dragage chargée de ses milliers de litres de fuel vient de chavirer le 5 octobre, à l’entrée du port de Diélette (Flamanvile), voisin de moins de 2 km. Utilisée pour désensabler l’entrée du bassin de tranquillisation des eaux de mer nécessaires au refroidissement des réacteurs, elle s’était mise à l’abri du mauvais temps dans le port. Que serait-il advenu si cela s’était produit dans le bassin de tranquillisation?
Les risques étaient si peu envisagés que des élus locaux avaient même pensé à pouvoir utiliser ce bassin pour des activités portuaires, sans suites données par EDF... Ces derniers événements devraient rappeler au pouvoir nucléaire et aux élus et autres “autruchiens” qui  se cachent la tête dans le sable que cette industrie n’est pas à l’abri de pollutions et risques venus de l’extérieur.

 

Consultant le public sur son site et ce, sans enquête publique, pour quinze jours seulement , l’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) revoit les prescriptions relatives aux prélèvements d’eau et aux rejets dans l’environnement des effluents liquides et gazeux des INB N° 33, 47, 80, 116, 117, 118 D’AREVA NC LA HAGUE, sans oublier ceux, joints, du Centre de Stockage Manche de déchets nucléaires.

(http://www.asn.fr/Reglementer/Consultations-du-public/Consultations-du-public-en-cours/NIB-n-33-38-47-80-116-117-et-118-AREVA-NC-La-Hague-Manche)

 

Il ne s’agit pour l’ASN que d’une simple mise en conformité des anciennes autorisations de 2003 et de 2007 avec la loi TSN, autorisations dont elle banalise les effets.
Le CRILAN  tient à faire connaître les observations et critiques suivantes, non exhaustives:

Mis à jour ( Mardi, 07 Octobre 2014 11:57 )

Lire la suite...

 

Communiqué de presse commun à l'ACRO, au CREPAN-FNE, au CRILAN, à Greenpeace

Cherbourg 25 septembre 2014

  • Les trois Commissions Locales du Nord-Cotentin (CLIs-NC) traversent, depuis mi 2013, une crise interne liée au non-respect du pluralisme en leur sein. Il y a un an, l’ACRO, le CREPAN-FNE, le CRILAN et Greenpeace avaient suspendu leur participation mais maintenu un dialogue avec les dirigeants afin de trouver une issue favorable. Après un an de discussions, force est de constater que les CLI du Nord-Cotentin ne sont pas prêtes à accepter l’expression publique de la pluralité des points de vue qui devrait pourtant faire leur force et leur intérêt.
  • Nous avions demandé que les publications de la CLI traduisent la pluralité des points de vue de ses membres quand il n'y a pas consensus sur un sujet. De même, les personnes mandatées par la CLI pour s'exprimer en son nom doivent rapporter cette diversité comme le pratiquent de nombreuses instances pluralistes.
  • Cela a été refusé et nous en tirons les conséquences : L’ACRO, le CREPAN-FNE, le CRILAN et Greenpeace décident donc, conjointement, de se retirer des CLIs du Nord-Cotentin.
  • Nous maintenons notre vigilance sur le fonctionnement et l’impact des installations nucléaires du Nord-Cotentin et, pour ceux qui y siègent, demeurons impliqués dans d’autres groupes et commissions pluralistes où un véritable dialogue est possible.

Mis à jour ( Jeudi, 25 Septembre 2014 22:12 )

Lire la suite...

 

 


COMMUNIQUE  du 21/10/2014

Le recours du CRILAN contre le décret autorisant les rejets des réacteurs nucléaires 1&2 et de l’EPR de Flamanville a été rejeté par le Conseil d’Etat, le 17 octobre 2014.   Ce dernier condamne l’association  à payer 3000 euros à EDF (Frais de justice).

Mis à jour ( Mardi, 21 Octobre 2014 21:01 )

Lire la suite...

 

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 11