ARRIVÉE DE DÉCHETS ITALIENS À LA HAGUE .
TRANSPARENCE, DROIT ET DÉMOCRATIE : DES SLOGANS DE PROPAGANDE..
.
COMMUNIQUÉ du 24 juillet 2012

Au mépris de la transparence, du droit et de la démocratie, en pleines vacances, encore un train de déchets nucléaires italiens vers le terminal ferroviaire d’AREVA à Valognes et l’usine de retraitement, en réalité d’extraction du plutonium de la Hague !

  • Rappelons-nous : lorsque le contrat entre AREVA et les gestionnaires des déchets italiens ont été signés en 2007, Berlusconi envisageait de relancer le nucléaire civil, malgré le referendum de 1988 qui avait décidé à 80% d’arrêter ce dernier. Il pensait même avec ENEL( électricien italien) commander quelques EPR qui auraient pu utiliser le plutonium extrait à la HAGUE pour fabriquer du MOX ( combustible Mixte plutonium- uranium).

 

  • Après Fukushima, un nouveau referendum confirmait à 90% la sortie du nucléaire: aucune centrale nucléaire n’est opérationnelle en Italie depuis presque 25  ans et ne le sera pas.

Alors que faire des 95% d’uranium issus du retraitement, dit valorisables par AREVA , mais non valorisés, même en France ? Que faire du 1% du plutonium extrait, non utilisé à des fins civiles par les centrales italiennes et non utilisé à des fins militaires ?
Restent les 4% de déchets dits de haute activité à vitrifier. Aucun site de stockage n’est accepté et prévu en Italie .


L’ensemble transporté à travers la France devrait être stocké, ici, et ailleurs, sur le territoire français, jusqu’en 2025 , prétend AREVA.
Qui plus est, il apparaît que dans ce transport, la quantité de combustibles irradiés ( 700 kg), est très faible par rapport aux conteneurs utilisés. Que cache-t-on ? Ne transporterait-on pas, par la même occasion, des résidus de démantèlement, certains posant des problèmes particuliers peut-être même des déchets dits de faible et moyenne activité non retraitables ? Ce n’est  pourtant pas autorisé par la loi française qui interdit le stockage en France de déchets nucléaires étrangers et par la réglementation européenne qui déclare que les producteurs doivent en être responsables...
Aucune Région du Monde, pas même le Cotentin ne mérite pour des raisons marchandes de devenir le dépotoir nucléaire de tous les producteurs, au mépris des risques, ici, et au cours des transports, et ceci, quels que soient les Gouvernements.

Mis à jour ( Vendredi, 27 Juillet 2012 14:29 )