AREVA La Hague

Consultant le public sur son site et ce, sans enquête publique, pour quinze jours seulement , l’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) revoit les prescriptions relatives aux prélèvements d’eau et aux rejets dans l’environnement des effluents liquides et gazeux des INB N° 33, 47, 80, 116, 117, 118 D’AREVA NC LA HAGUE, sans oublier ceux, joints, du Centre de Stockage Manche de déchets nucléaires.

(http://www.asn.fr/Reglementer/Consultations-du-public/Consultations-du-public-en-cours/NIB-n-33-38-47-80-116-117-et-118-AREVA-NC-La-Hague-Manche)

 

Il ne s’agit pour l’ASN que d’une simple mise en conformité des anciennes autorisations de 2003 et de 2007 avec la loi TSN, autorisations dont elle banalise les effets.
Le CRILAN  tient à faire connaître les observations et critiques suivantes, non exhaustives:

Lire la suite...

 

Le même Luc OURSEL, PDG d’AREVA, a profité de sa venue à Cherbourg pour rencontrer les représentants des travailleurs d’Amalis, très inquiets  de la fermeture annoncée sous deux ans, de leur outil de travail sur le site de la Hague. Il s’agit de la blanchisserie industrielle qui n’est plus aux normes et dans laquelle travaillent 24 personnes.
Le linge sera désormais nettoyé ...aux Pays-Bas par le sous-traitant UniTech, filiale d'un groupe américain, en attendant la construction d’une usine par le même, à Aulnay-sous-Bois, en Seine Saint Denis, dans laquelle il promet 50 emplois.
Il a  confirmé que le transport de ses 500 tonnes de linge par an serait classé "nucléaire" mais a assuré que les vêtements effectivement contaminés seront détruits à l'usine et justifié cette décision aberrante par le coût exorbitant ( 20 millions d’euros ) de la mise aux normes sur la Hague.
Ces 500 tonnes de linges représentent cinq camions par semaine et de la matière nucléaire sur la route et peu importe le bilan carbone!
F.O. qui ne manque pas d’humour, ironise “Le comble serait que les effluents soient retournés à la Hague pour traitement”.  Le comble, en effet.
On nous a toujours affirmé, ici, dans le Nord Cotentin que l’usine de la Hague n’était en fait “qu’une grande blanchisserie”...

 


Des suicides à l’usine d’extraction du plutonium de la Hague, ce n’est pas vraiment  un fait nouveau.

  • En mars 2010, un salarié de l’usine s’est suicidé. Depuis, 5 autres se sont également suicidés chez eux, et deux autres ont tenté de le faire. Le problème a été soulevé en commission locale d’information et la presse locale s’en est fait l’écho à plusieurs reprises.

Il est vrai que, jusqu’à maintenant, l’information avait semblé susciter moins d’intérêt au national que les suicides au sein de France Télécom ou dans d’autres entreprises : nucléaire oblige?...

Lire la suite...

 

Lors de  la Commission locale d’Information AREVA-La Hague du 8 juin 2011, deux faits notables :

  • A l’unanimité des ses membres, tout en ne condamnant pas la filière biomasse des chaudières à bois, l’assemblée a émis un avis défavorable au projet d’externalisation de la production d’énergie de l’usine ( cf la position prise par le CRILAN  dans la rubrique Areva La Hague). Ce qui inquiète le plus les membres de la commission, c’est la question de la sous traitance. La direction de la production d’énergie est considérée comme le système nerveux du site de la Hague pour la problématique énergétique. En cas de défaillance, d’erreurs ou de mauvaises maîtrises des équipements, les conséquences pourraient être dramatiques” ont-ils estimé.

Quoi que surprise par cet avis unanime, la direction de l’usine a rappelé qu’il ne s’agissait là que “ d’un pur avis et qu’elle irait jusqu’au bout de son projet, dans le respect des règles de sécurité émises par l’ASN et avec Dalkia, filiale d’EDF et de Véolia, qui fait figure de référence mondiale”.

  • La protection insuffisante des piscines ( l’usine stockait au 31 décembre 2010 environ 9670 tonnes d’uranium en provenance d’EDF dont 1380 tonnes de MOX, soit l’équivalent de 108 coeurs de réacteurs) a été dénoncée par un ancien responsable retraité de la radioprotection du site, Gislain Quétel. Il a ensuite plaidé pour l’installation de coques , “véritables cathédrales de béton”.

Rappelons que ce fait a été de nombreuses fois évoqué en commission, notamment en 2001, par Mycle Schneider, expert, alors directeur de WISE et auteur d’une étude pour l‘union européenne, sortie au moment de l’attentat du 11 septembre., et restée sans effets.
Ce devrait être à nouveau un des points soulevés, (dix ans après !...) dans le groupe de travail inter CLI “Sûreté des installations” qui se réunira à partir du 24 juin prochain.

http://www.s323409623.onlinehome.fr/piscines Hague.pdf

 

On nous demande régulièrement des documents et des analyses à propos des rejets des installations nucléaires du Nord Cotentin.

Voici des documents issus du travail d'André Guillemette qui a siégé très longtemps dans les commissions locales d'information du Nord Cotentin et qui continue de travailler sur cette question.

110206iode129.pdf

C-14.pdf

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 2